Comment se déroule une vie d’Elfe ?

les fils de feanor
3 des 7 fils de Féanor

Ainsi qu’il est dit dans l’Histoire de la Terre du Milieu et dans les lettres de Tolkien, les Elfes ont un cycle de vie différent de celui des Hommes. La plupart des informations suivantes se réfèrent uniquement aux Eldar et apparaissent dans l’essai Laws and Customs among the Eldar, publié dans Morgoth’s Ring.

 

Début de vie

Les Elfes naissent environ un an après leur conception. C’est l’anniversaire de leur conception qui est fêté, et non celui de leur naissance. Leurs esprits se développent plus rapidement que leurs corps ; et ainsi, dès leur première année, ils peuvent parler, marcher et même danser, et leur rapide maturation mentale fait qu’ils semblent aux yeux des Hommes plus âgés qu’ils ne le sont réellement. La puberté arrive chez eux aux alentours de leur cinquantième, voire leur centième année pour certains. Cependant, les corps des Elfes cessent finalement de vieillir, à la différence des corps humains.

Sexualité, mariage, et parenté

Les Elfes se marient librement et par amour tôt dans leur vie. La monogamie est pratiquée et l’adultère est impensable ; ils se marient une seule et unique fois, à l’exception notable de Finwë.

Les conjoints peuvent se choisir bien avant de se marier, devenant ainsi fiancés. Les fiançailles sont soumises à un accord parental, à moins que les partis n’aient l’âge et l’intention de se marier bientôt, auquel cas les fiançailles sont annoncées. Ils échangent des anneaux et les fiançailles, qui durent au moins une année, peuvent être rompues en rendant l’anneau (un cas de figure rare). Après les fiançailles officielles, le couple choisit une date, au moins un an plus tard, pour le mariage.

Seuls les mots échangés par les jeunes mariés (incluant la prononciation du nom d’Eru Ilúvatar) et la consommation sont nécessaires pour le mariage. De manière plus formelle, la famille du couple célèbre l’union par une fête. Les partis rendent leurs anneaux de fiançailles et en reçoivent d’autres, portés à l’index. La mère de la mariée offre au marié un bijou qu’il doit porter (l’Elessar, cadeau de Galadriel à Aragorn, est un reflet de cette tradition ; elle est la grand-mère de la fiancée, Arwen, puisque la mère de cette dernière, Celebrían avait quitté la Terre du Milieu au moment du mariage.

Les Elfes voient l’acte sexuel comme extrêmement spécial et intime, car cela mène à la conception et à la naissance d’enfants. Le sexe extra-marital ou pré-marital est impensable, l’adultère est aussi inconcevable car la fidélité des conjoints est absolue. La séparation durant la grossesse ou les premières années de vie de l’enfant est si pénible au couple (à cause d’une guerre par exemple) que les Elfes préfèrent avoir des enfants dans des époques paisibles. Les Elfes vivants ne peuvent être violés ; avant cela ils perdront la volonté d’endurer ces souffrances et partiront pour Mandos.

Les Elfes ont peu d’enfants en règle générale (Fëanor et Nerdanel sont une exception, car ils eurent sept fils), et il y a des intervalles relativement importants entre chaque enfant (mais on voit plus bas dans les notes le taux de natalité elfique en Terre du Milieu contre le taux en Aman). Ils sont bientôt préoccupés par d’autres plaisirs ; leur libido s’affaiblit et leur intérêt se porte ailleurs, vers les arts par exemple. Néanmoins, ils trouvent un grand plaisir dans l’union d’amour, et chérissent les jours partagés à élever les enfants comme les plus beaux de leur vie.

Il semble y avoir un seul exemple d’un mariage un peu forcé dans toute la mythologie de Tolkien, celui d’Eöl et Aredhel, dans lequel celle-ci le quitta sans l’en informer, ce qui fit qu’Eöl finit par la tuer. Cependant, ce mariage était très éloigné des mariages typiques des Elfes.

Vie quotidienne

Les Elfes, en particulier les Noldor, se préoccupent de choses diverses comme le travail de la forge, la musique et les autres arts, et, bien sûr, de manger. Hommes comme femmes peuvent tout faire de façon à peu près égale ; cependant les femmes elfes se spécialisent souvent dans les arts de guérison alors que les hommes vont à la guerre, cela parce qu’ils croient que prendre une vie est incompatible avec la possibilité de préserver la vie. Cependant, les Elfes ne sont pas confinés dans des rôles rigides ; les femmes peuvent se défendre en cas de besoin aussi bien que les hommes, et beaucoup d’hommes sont des guérisseurs qualifiés, comme Elrond.

Vieillesse

Finalement, s’ils ne meurent pas dans une bataille ou pour une autre raison, les Elfes de la Terre du Milieu se lassent et désirent revoir Valinor, où les Valar ont jadis abrité leur peuple. Ceux qui veulent partir pour les Terres Éternelles partent souvent sur les bateaux des Havres Gris où demeure Círdan le Charpentier des Navires et son peuple.

« Troisième cycle de vie » et la question de la barbe

Cirdan le Charpentier par Volha Marieta.
Cirdan le Charpentier par Volha Marieta.

Malgré les affirmations de Tolkien dans Le Hobbit comme quoi les Elfes (et les Hobbits) n’ont pas de barbe, Círdan en porte une, ce qui semble être une anomalie ayant échappé à l’attention de Tolkien. Cependant, dans une note de 1960, Tolkien explique que si Círdan a une barbe, c’est qu’il se trouve dans son « troisième cycle de vie » ; Mahtan, le père de Nerdanel, porte la barbe alors qu’il n’est que dans son deuxième cycle, un fait rarissime. Ces cycles ne sont mentionnés nulle part ailleurs par Tolkien, et ce qu’ils représentent n’est pas très clair. Apparemment, les barbes étaient le seul signe de vieillissement après la maturité.

Néanmoins, Tolkien peut avoir finalement changé d’avis sur la question de la barbe des Elfes. Comme le dit Christopher Tolkien dans Contes et légendes inachevés, son père écrivit en décembre 1972 ou plus tard que ce qui restait d’Elfe chez les Hommes, comme Aragorn, était « observable par l’absence de barbe chez leurs descendants », puisque « c’était une caractéristique des Elfes d’être imberbes ». Cela contredit apparemment les informations ci-dessus.

Les Elfes semblent parfois vieillir après la souffrance. Círdan apparaît comme vieilli, puisqu’il est décrit comme semblant âgé, si ce n’est les étoiles dans ses yeux ; cela peut être dû à toutes les tristesses qu’il a connues depuis le Premier Âge. Quand Gwindor rentre à Nargothrond après avoir été captif de Morgoth pendant des années, il apparaît prématurément vieilli au point que nul ne le reconnaît de prime abord sinon Finduilas.

 

Mort

Les Elfes sont naturellement immortels, et restent infatigables avec l’âge. En plus de leur immortalité, les Elfes peuvent se remettre des blessures qui tueraient normalement un Homme mortel. Cependant, les Elfes peuvent être tués, ou mourir de chagrin et de fatigue.

L’esprit des Elfes décédés est convoqué aux Cavernes de Mandos, en Valinor, convocation que l’esprit peut refuser. Après un certain temps de purification, leur esprit est à nouveau vêtu de chair, et ils retrouvent un corps identique à leur corps précédent. Cependant, ces Elfes ne retournent quasiment jamais en Terre du Milieu et restent en Valinor. Glorfindel est une exception ; comme indiqué dans les livres suivants, Tolkien décida qu’il était la réincarnation d’un héros du Silmarillion plutôt qu’un individu portant le même nom. Un exemple rare et plus inhabituel d’Elfe revenant des Cavernes de Mandos se trouve dans le Conte de Beren et Lúthien, quand Lúthien revient en Terre du Milieu, en tant que mortelle, cependant. Les mots elfiques de Tolkien pour « esprit » et « corps » sont respectivement fëa (pluriel fëar) et hröa (pluriel hröar).

Finalement, leur esprit immortel écrasera et consumera leurs corps, les rendant « immatériels », qu’ils décident d’aller en Valinor ou de rester en Terre du Milieu. À la fin du monde, tous les Elfes seront devenus invisibles aux yeux des mortels, sauf aux yeux de ceux à qui ils veulent se manifester. Tolkien appela les Elfes de la Terre du Milieu qui ont subi ce processus les « Lingerers » (ceux qui s’attardent).

La vie des Elfes dure tant que le monde dure. Il est dit dans la Seconde Prophétie de Mandos qu’à la fin des temps, les Elfes se joindront aux autres Enfants d’Ilúvatar pour chanter la Seconde Musique des Ainur. Cependant, Le Silmarillion publié affirme que seuls les Hommes participeront à la Deuxième Musique, et que le destin final des Elfes est inconnu. Ils ne croient cependant pas qu’Eru les abandonnera à l’oubli.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.