Deux poèmes inédits de J.R.R. Tolkien retrouvés dans une école

Un spécialiste de l’auteur du Seigneur des anneaux a exhumé, après des recherches minutieuses dans les archives d’un collège d’Oxford, The Shadow Man et Noël, deux œuvres poétiques que l’on croyait perdues à jamais.

Wayne Hammond, un spécialiste de l’œuvre de J.R.R. Tolkien, le savait depuis des années. Le romancier anglais, auteur du Seigneur des anneaux, avait laissé quelques notes qui indiquaient que deux poèmes de sa main apparaissaient dans un recueil intitulé The Abingdon Chronicle (Les chroniques d’Abingdon). The Shadow Man et Noël furent imprimés en 1936, une année avant la sortie de l’autre chef-d’œuvre du maître du fantastique, The Hobbit.

Le travail de recherche de Wayne Hammond fut aussi long que minutieux. Il s’est rendu très vite à l’école Notre-Dame d’Oxfordshire après la découverte de ces notes. Stephen Oliver, le directeur actuel de l’établissement, n’a pas semblé, dans un premier temps, très intéressé par sa démarche. Ce refus poli n’a pas démoralisé notre chercheur.

Continuant ses investigations auprès des anciens élèves de Tolkien, qui officia en tant que professeur de littérature anglaise durant vingt ans entre 1925 à 1945, il obtint la confirmation de l’existence de ces poèmes. Conforté par ces précieux témoignages, Wayne Hammond se plongea dans les archives de l’école. Après en avoir consulté quelques milliers, il trouve enfin son Graal.

Une exposition dédiée à l’œuvre de Tolkien à Oxford

Le poème The Shadow Man (L’homme de l’ombre) est la version originale de Shadow Bride, écrite en 1962 et parue dans les aventures de Tom Bombadil. C’est l’histoire romantique d’un homme seul, qui par une nuit de pleine lune est rejoint par une «grey Lady», une femme mystérieuse.

La seconde découverte, Noël, est un conte, clair-obscur, qui décrit un Seigneur des neiges habillé d’un «manteau long et pâle, qui après un chaos amer, suspend son vol au-dessus des montagnes et des vallées…»

Émerveillé par la beauté de ces poèmes, Stephen Oliver, le directeur de l’école, peu enclin au début à soutenir le travail de recherche de Wayne Hammond, veut désormais organiser une exposition dédiée à l’œuvre de Tolkien. Et bien sûr les deux œuvres inédites en seront les points d’orgue.

Source : Le Figaro du 18.02.2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.