La langue parlée par les Hobbits

a- Vision externe

A l’époque de l’écriture du Seigneur des Anneaux, Tolkien imagina d’abord les Hobbits comme parlant une langue propre, différente de la langue commune, une sorte de « hobbitique ».

Il concevait alors la langue commune ou occidentalien (angl. Westron) comme directement issue de la langue des Elfes de l’Ouest. Cette conception évolua au fil de l’élaboration duSeigneur des Anneaux pour aboutir finalement à une langue d’origine humaine (bien qu’influencée par les langues elfiques) parlée par tous les habitants de la Terre du Milieu : le sôval phâre (littéralement « langue commune »).

 

b- Vision interne

 Nous ne disposons d’aucun document indiquant que les Hobbits aient parlé une langue de leur invention. Avant leur migration vers l’Eriador, ils parlaient une langue nordique proche du rohirique (ou rohanais).

 Les Hobbits migrèrent en Eriador vers 1050 du Troisième Age (TA), probablement chassés par l’Ombre qui s’étendait alors sur Vert-Bois-Le-Grand (rebaptisé à cette époque la Forêt Noire).

 Ils adoptèrent par la suite la langue commune et oublièrent peu à peu leur ancienne langue, bien que certains mots lui soient encore affiliés. Le Clan des Forts (angl. Stoors) adopta, semble-t-il, une langue dunlandaise (langue des Hommes du Pays de Dun) avant d’immigrer dans la Comté vers 1650 TA et ainsi adopter également la langue commune.

 À la fin de la Guerre de l’Anneau, soit près de 2000 ans après le début de la migration des Hobbits, la langue commune avait évolué en un dialecte régional ou géolecte. Cette évolution est signifiée dans le Seigneur des Anneaux, où l’on découvre que le gardien de la porte de Bree reconnaît les quatre Hobbits à leur façon de parler : « Des Hobbits ! Quatre Hobbits ! Et, qui plus est, de la Comté, d’après leur parler, dit le gardien à mi-voix, comme se parlant à lui-même. », de même que les Gondoriens trouve un fort accent aux Hobbits de la Comté et du Pays de Bree. Édouard Klozcko compare cette différence à celle que nous ferions entre le français parlé en France et celui usité au Québec.

 « Les Hobbits parlaient pour la plupart un idiome rustique, tandis qu’au Gondor et au Rohan, on utilisait une langue plus ancienne, plus formelle et plus concise ».

 Ces différences linguistiques amènent à d’étranges situations. Ainsi, les Hobbits ayant pris l’habitude de se tutoyer entre eux, le vouvoiement était quelque peu tombé en désuétude dans leur parler. Peregrin Touque (Pippin) se permit, par exemple, de tutoyer Denethor II, ce qui amusa sûrement le vieil Intendant et accrédita les rumeurs selon lesquelles Pippin était issu de quelque haute lignée.

 

Source : http://www.tolkiendil.com/langues/langues_humaines/hobbitique/le_hobbitique

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.